banniere du territoire



Les relations entre le Loup et l’Homme au fil des siècles

2) Les relations entre le Loup et l’Homme au fil des siècles

« Pourquoi une telle peur du Loup ? », c’est la question que l’on se pose quand on consulte l’ensemble des livres et des documents sur le Loup. Cette peur est vraiment ancrée chez l’Homme et les différentes lectures m’ont permis d’en comprendre partiellement les raisons. Nous allons retracer les relations entre le Loup et l’Homme depuis des siècles.

2.1 Le Loup et le Berger

Il y a 12000 ans, le passage du mode de vie traditionnel de l’Homme basé sur la chasse et la cueillette à celui basé sur l’agriculture et l’élevage a modifié la façon dont l’homme perçoit le Loup.

Le Loup jusqu’alors ignoré voire parfois allié de l’Homme, représente un concurrent pour l’Homme puisqu’il peut s’attaquer aux animaux d’élevage : ovins, bovins, caprins, … Désormais, il faut se protéger de lui et il fait figure d’ennemi à éliminer. Il est en de même pour les autres super-prédateurs comme le Lynx et l’Ours.

JPEG - 205.8 ko

Source : Des loups et des hommes

2.2 Le Loup et la Religion
La Religion Chrétienne a aussi joué un rôle dans l’extermination du Loup notamment à partir des premiers rois chrétiens (Vème siècle). En effet, les valeurs chrétiennes étaient incarnées par un agneau et le Loup symbolisait le Diable contre lequel il fallait lutter. Le Loup du fait de sa prédilection pour les moutons devient l’ennemi du Christ, le bon berger, qui veille sur les fidèles et préserve les « brebis égarées » du Démon et du Mal. Dans nos sociétés rurales et vivrières, ce message était porteur pour l’Eglise qui alla même jusqu’à exiger que tout bon chrétien participe à une battue aux loups, le dimanche, au moins trois fois par an.

PNG - 278.7 ko

Source : La peur du loup

2.3 Le Loup et les Guerres et les Famines
Comme nous l’avons vu dans la première partie, le Loup a un régime opportuniste. Il préfère se nourrir au plus simple. Les épidémies (peste, choléra), les famines et les guerres (guerre de cent ans, guerres napoléoniennes, 1870, 1914-1918 …) qui ont frappé les Hommes pendant des siècles, ont constitué pour lui un moyen de se nourrir sans trop de difficulté. Ainsi, l’expansion des populations de loups pendant ces périodes tragiques a très certainement contribué à la mauvaise image du Loup. Il a alors été associé à tous les malheurs qui frappaient les hommes.

JPEG - 147.4 ko

Source :Anthologie du loup et des autres carnassiers

Pour illustrer notre propos sur le Massif central, nous pouvons évoquer l’épisode de 1839 ou un loup enragé sème la terreur dans plusieurs villages du Puy-de-Dôme. Il mord une vingtaine de personnes dont 12 meurent par la suite après d’atroces souffrances. En 1868, près d’Ussel, la rage transmise par un loup fait 9 morts en quelques jours.

2.4 Le Loup et la Rage
Toutes les sources consultées s’accordent sur ce constat : le Loup peut s’attaquer à l’Homme s’il est enragé. L’animal, sous l’emprise du virus, ne craint plus l’homme, et peut très bien chercher à le mordre, ce qui contaminera la victime. Après la période d’incubation, qui dure plusieurs semaines, la maladie se déclare et la victime meurt dans d’atroces souffrances, prise de folie.

Nous pouvons sans peine imaginer le traumatisme qui pouvait en résulter pour les populations concernées. Ainsi, en 1810, un loup enragé court dans les rues d’un village de la Meuse et mord 40 personnes, qui toutes mourront.

La découverte du vaccin antirabique par Pasteur (1885) ainsi que l’instauration progressive de lois sanitaires strictes (interdiction de la divagation des chiens) nous prémunissent actuellement de la Rage et explique pourquoi aucune victime humaine de cette maladie n’a été constatée en France depuis en 1924.

A noter que d’autres animaux peuvent tout aussi être dangereux pour l’Homme s’ils sont porteurs de la rage, à commencer par nos animaux domestiques : les chats et les chiens.

2.5 Le Loup et le Sensationnel : L’exemple de la « Bête » du Gévaudan
De 1764 à 1767, la province du Gévaudan est secouée par une étrange affaire : Plus de 100 personnes, pour l’essentiel des femmes (80 femmes) et des enfants sont tués par une mystérieuse « Bête ».

Les témoignages la décrivent comme étant rousse et noire sur les flancs, rayée de noir sur le dos ; elle a la tête plate et allongée, la queue longue et forte. On peut penser à une hyène, qui aurait été rapportée d’Afrique par un voyageur. Mais une autre hypothèse est celle d’un chien dressé à la guerre, et couvert d’une armure lui donnant une allure effrayante, qu’aurait possédé un dénommé Antoine Chastel, et que celui-ci laissait divaguer ou pire, lançait sciemment contre les gens.

Les populations locales, relayaient par l’Evêque de Mende, Monseigneur Gabriel de Choiseul Beaupré, en appelle au Roi. L’Evêque décrit ainsi la Bête « un fléau, un animal féroce inconnu dans nos climats ». Le Roi dépêche alors ses Dragons qui sont accueilli de façon hostile par les habitants. Les réquisitions et les pillages auxquelles ils procèdent mais surtout les souvenirs des guerres de religions (1702-1706) contre les Cévennes protestantes sont toujours vives. Cette expédition stérile se termine piteusement en 1765 par le départ des Dragons.

Les d’Enneval (père et fils), louvetiers normands de grands renom, prennent la suite mais sans meilleur résultat. Ils cèdent la place à Antoine de Beauterne et 15 gardes-chasse d’Ile-de-France qui mettent « officiellement » un terme aux exactions de la Bête en tuant un très grand loup (21 septembre 1765). Ils empochent pour cela une récompense de 10 000 livres.

Après 2 mois d’accalmie, les attaques reprennent. C’est en juin 1767 que Jean Chastel (le père d’Antoine Chastel), garde-chasse, vient à bout de la « Bête » en tuant un loup de grande taille avec ses « balles bénites ».

JPEG - 233.1 ko

Source : Anthologie du Loup et des autres carnassiers

Tout raisonnement scientifique laisse penser qu’un Loup ne peut être responsable de tant de victimes. L’affaire de la Bête du Gévaudan est révélatrice du caractère fantastique qui entoure le Loup et qui répond à l’avidité de l’Homme pour le sensationnel. Toujours est-il que ce type d’histoires contribue à faire rentrer dans les mentalités que le Loup est un animal dangereux pour l’Homme. On retrouve cela dans de nombreux ouvrages pour les adultes et les enfants.

2.6 Le Loup et l’Imaginaire de l’Homme
Le Loup tient une place importante dans l’imaginaire de l’Homme et ce, depuis des temps immémoriaux. La mythologie grecque y fait nombre de fois références : Le sanctuaire de Zeus Lukios s’élevait sur le Mont Lycée (Lukos = loup) ; le roi Lycaon aurait été métamorphosé en Loup après avoir servi à Zeus de la chair humaine.
Dans la mythologie romaine, la ville de Rome aurait été fondée par Romulus et Remus, abandonnés sur le Mont Palatin et allaités par une louve.

JPEG - 91.2 ko

Source : La peur du loup

Une simple recherche à la bibliothèque m’a permis de mettre à jour près de 150 références au Loup. Le Loup est omniprésent dans la littérature pour adultes et pour enfants. On peut citer à titre d’exemple Croc Blanc (Jack London), les fables de la Fontaine, le livre de la Jungle (Kipling), le Petit Chaperon Rouge, la Chèvre de Monsieur Seguin (Charles Perrault).

Le Loup est présent jusque dans la musique et le cinéma. On peut donner l’exemple de Pierre et le Loup (Prokofiev) ou encore des trois petits cochons et Tex Avery (Walt Disney).

L’ensemble de ces productions entretiennent de manière indirecte et irrationnelle la peur du Loup. L’Homme a fait de lui un animal craint, détesté, maudit et mal-aimé. La réhabilitation du Loup dans l’imaginaire collectif passe forcément par la production de livres, de musique et de films donnant une image positive du Loup.

Ainsi, certaines maisons d’édition de livres pour enfants ont ainsi pris le parti de décrire le Loup comme un animal sympathique. Ce genre d’initiative est à soutenir si l’on veut voir évoluer positivement son image.


à voir également
Le retour du Loup dans le Massif central
Eradication et retour du Loup
Les conséquences du retour du Loup dans le Massif central


© cassemontagne 2012 | Mentions légales | Plan du site | Espace Presse